Vers une Europe ouverte, juste et durable dans le monde !

Vers une Europe ouverte, juste et durable dans le monde !

Depuis mai, dans le cadre d’un appel à projets porté par Coordination SUD et financé par l’Union Européenne, KuriOz mène un ambitieux projet de sensibilisation à la solidarité internationale en abordant des problématiques partagées aux quatre coins du monde (inégalités économiques et sociales, réchauffement climatique, violation des droits humains…).

Ces sensibilisations visent à développer une prise de conscience sur des enjeux internationaux pour construire une citoyenneté européenne plus solidaire ! Elles sont animées auprès de jeunes de la Mission Locale d’Insertion du Poitou, de détenus en réinsertion et dans une quinzaine de classes d’école primaire.

Alors comment aborder ces sujets avec des enfants de 7 à 12 ans, citoyen·ne·s européen·ne·s en devenir ?

Toujours à l’aide d’outils pédagogiques interactifs et ludiques, notre démarche éducative tend à faire participer les enfants afin de favoriser leur esprit critique et de les inviter à agir vers un changement de comportements, individuels ou collectifs.

Pour cela, nous avons construit un cycle en 3 séances : sur les Objectifs de Développement Durable, sur les dérèglements climatiques et sur les inégalités de genre.

Retour sur l’expérience de l’école Micromégas de Poitiers.

 

 

 

Tous ensemble dans la réalisation de l’Agenda 2030 !

 

En première séance, grâce à un jeu de l’oie revisité, les enfants ont pu découvrir les 17 Objectifs de Développement Durable. Nous avons joué ensemble et envisagé une société socialement équitable, naturellement vivable et économiquement viable !

Lucas lance le dé et tombe sur l’ « ODD 6 : Eau propre et assainissement ». Les élèves se regardent discrètement, et l’un·e d’elles·eux prend la parole : « Assainissement ça veut dire quoi ? ». Les échanges commencent.  Maintenant, passons à la question sur la carte : « Comment utiliser moins d’eau ? ». C’est un quizz, il y a trois réponses proposées afin de gagner la carte ODD 6. A présent, c’est au tour d’Ilana. Elle pioche une carte. « ODD 7 : Energie propre et d’un coût abordable ». « Que signifie efficacité énergétique ? » dit-elle.

Après plusieurs tours de jeu et beaucoup d’échanges entre elles·eux, les élèves ont une meilleure compréhension du rôle et de la contribution de l’Union Européenne et des ONG en Solidarité Internationale, dans l’Agenda 2030.

A la fin de la séance, nous séparons la classe en deux. Chaque équipe doit citer, à tour de rôle, un maximum de moyens d’agir pour atteindre ces objectifs grâce à de petites actions positives dans nos quotidiens.

Une équipe se lance : « Moins utiliser la voiture, et plutôt prendre son vélo ».

L’autre rétorque : « Prendre des douches plutôt que des bains ».

« Ouvrir des logements pour les sans-abris », répond la première équipe.

« Acheter notre nourriture à la ferme du coin », mentionne la seconde.

2 partout. La sonnerie retentit, il y a encore des mains levées, les enfants ont plein d’idées à partager pour envisager un monde durable pour 2030 et au-delà…

 

 

 

Les dérèglements climatiques concernent tout le monde !

 

La séance commence par un constat : « Notre planète à chaud en ce moment, vous ne trouvez-pas ? » Un des enfants répond : « Pourquoi a-t-elle plus chaud qu’avant ? ». « Très bonne question, nous allons tenter d’y répondre en faisant un jeu de rôle. »

Cette deuxième séance se déroule dans la cour. Au sol, un cercle correspond à la planète Terre, autour de celui-ci un autre représente l’atmosphère et beaucoup plus loin, le dernier correspond au soleil.

Les élèves reçoivent des cartes personnage. Il y a les rayonnements du soleil, les gaz à effets de serre, les climatologues et les scientifiques. Chacun·e a une mission distincte.

A la fin du premier tour, les élèves ont pu observer le phénomène naturel de l’effet de serre qui a permis de maintenir la planète dans une température moyenne vivable et ainsi développer la vie sur Terre.

Au tour suivant, les climatologues se sont transformé·e·s en simple habitant·e·s de la planète. Sur chacune de leur carte sont écrites leurs activités quotidiennes qui émettent des gaz à effets de serre. C’est ainsi qu’ils sont devenu·e·s elles·eux-mêmes des gaz présents dans l’atmosphère. Le jeu a pu redémarrer mais cette fois les élèves observent les causes du réchauffement climatique actuel.

Ensuite, avec un photolangage nous avons pu énumérer les différentes conséquences de celui-ci : sècheresse, incendie, fonte des glaciers, inondations, déplacements des populations, etc.

 

 

 

Pour renverser les inégalités de genre, partons à la chasse aux stéréotypes !

 

Dans la dernière séance, des images de jeux, jouets, dessins animés déguisements ont été cachées dans la salle de classe.

Une fois retrouvées, les élèves devaient les positionner dans la colonne fille, garçon ou mixte.

Ce jeu a permis de reconnaître les stéréotypes de genre et de se questionner sur leurs provenances.

Les enfants ont pu constater que ces stéréotypes n’étaient pas les mêmes en fonction de chaque famille et ont pu relater quelques histoires de leur quotidien.

« Ma sœur dit souvent à mon père que c’est du sexisme ce qu’il dit. Mais moi je n’avais pas bien compris pourquoi. » témoigne Lucie.

Quant à Naim, les Légos c’est exclusivement un jeu pour les garçons car ce sont les hommes qui construisent les maisons selon lui.

Après avoir identifié les causes et les conséquences diverses des inégalités entre les filles et les garçons nous avons réalisé un atelier créatif « Ici et maintenant, on peut renverser les codes ! Alors à vos stylos ! ».

Les élèves ont alors illustré, à l’aide de silhouettes, des personnages qui vont à l’encontre des stéréotypes identifiés dans le jeu précédent.

 

 

Jusqu’où iriez-vous ?

 

A la fin de ce cycle, les enfants ont pu exprimer ce qu’il·elle·s ont particulièrement aimé, pas aimé, retenu, ce qu’il·elle·s aimeraient partager à leurs proches et ce qu’il·elle·s aimeraient changer dans leur quotidien en lien avec les différents Objectifs de Développement Durable.

 

Par Eva Schimt, chargée d’action éducative de KuriOz

Projet financé par :

logo_coordination_sud       logo_UE

Et soutenu par :

Logo_grand_Poitiers

Découvrez nos dernières actualités :

PULSE : L’impulsion pour renouveler nos pratiques !

PULSE : L’impulsion pour renouveler nos pratiques !

Depuis plusieurs mois maintenant, KuriOz est partie prenante d’un projet européen intitulé PULSE : active Pedagogy for YoUth for a more incLuSive Europe. Piloté par Le Partenariat- Centre Gaia et réunissant 6 acteurs éducatifs implantés dans toute l’Europe (France, Grande Bretagne, Hongrie, Suède et Espagne), ce projet a pour ambition de faire se rencontrer des professionnel·le·s européen·ne·s de l’éducation afin d’enrichir les pratiques de chacun·e en incluant des publics éloignés dans nos démarches éducatives respectives.

Logo_PULSE

 

Un lancement tardif mais riche en Hongrie

 

A cause de la crise sanitaire, c’est avec plusieurs mois de retard que le premier séminaire en présentiel du projet a pu avoir lieu en septembre à Budapest. L’ensemble des partenaires a ainsi pu découvrir une méthode utilisée par l’association Anthropolis intitulée « Digital Storytelling ». Utilisée par Anthropolis auprès des publics des services sociaux de protection de l’enfance, cette méthode utilise les ressorts de l’outil numérique vidéo pour permettre l’expression des publics et l’amélioration de leur confiance en eux.

 

 

Une expérience nouvelle partagée par le partenaire espagnol

 

Un peu plus tard, au cours du mois de septembre également, c’est l’association Jovesolides qui a accueilli l’ensemble des partenaires du projet. Elle a ainsi pu partager son expérience et ses outils principalement utilisés auprès des publics gypsies majoritairement présents dans le quartier de la Coma à Valence en Espagne.

 

 

L’accessibilité au cœur des réflexions menées à Lille

 

C’est ensuite au cœur de l’hiver, en décembre que nous avons tou·te·s été accueilli·e·s par le Partenariat – Centre Gaia. D’abord mobilisé·e·s sur deux jours pour la coordination globale du projet, nous avons ensuite pu découvrir la pédagogie immersive proposée par ce partenaire expert en la matière. Ce séminaire a également été l’occasion de réfléchir tou·te·s ensemble à l’accessibilité de nos outils en particulier dans le cas où nous partirions à la rencontre de publics en situation de handicap.

 

 

Travailler auprès d’éducateur·rice·s de publics jeunes : du co-design à l’entrepreneuriat social

 

Au mois d’avril, l’ensemble des partenaires s’est réuni à Edimbourg, accueilli par l’association Scotdec. Après avoir réfléchi aux outils d’éducation utilisés dans le cadre des Objectifs de Développement Durable et notamment les méthodes immersives utilisées par le centre Dynamic Earth, l’ensemble du groupe a pu se questionner. L’objet de ces questionnements portait principalement sur les différents biais conscients ou inconscients que les acteurs éducatifs pouvaient avoir. Nous avons pu y réfléchir en analysant deux méthodes :

– le co-design qui vise à impliquer les bénéficiaires d’un bien ou d’un service à la résolution de problématiques qui lui sont attachées ;

– l’entrepreneuriat social qui se développe beaucoup en milieux scolaires en Écosse et qui vise à développer les compétences et le pouvoir d’agir des jeunes écossais·e·s.

 

Dernière étape : Poitiers !

 

Du 31 mai au 2 juin, c’était donc au tour de KuriOz d’accueillir l’ensemble des partenaires à Poitiers. Cet atelier était axé sur nos manières de faire de l’éducation à la citoyenneté mondiale avec des publics détenus ou sous contrainte judiciaire.

L’occasion pour nous de partager nos méthodes avec des intervenant·e·s venu·e·s d’horizons divers et d’avoir un regard neuf et international sur nos pratiques !

 

Projet soutenu par :

Logo-citizen-games

Découvrez nos dernières actualités :