En décembre 2022, nous avons démarré un parcours de 5 séances avec des 3èmes prépa métiers du lycée Emile Combes de Pons. Ce parcours a permis de se questionner sur les impacts de nos modes de vie sur le climat, et sur la responsabilité et l’éco-anxiété qui pèsent sur les jeunes générations.

Comment réussir à intéresser des jeunes, qui sont parfois loin de ces préoccupations et qui se sentent davantage victimes qu’acteurs de ce système ?

 

Le changement climatique, un sujet de préjugés ?

 

Lors de la 1ère séance, nous avons tenté de construire une définition commune du changement climatique, et de lever le voile sur les idées reçues qui y sont attachées. Les élèves ont exprimé un fort sentiment de lassitude quant au sujet dont ils entendent trop parler : « on nous rabâche ça tout le temps, mais nous on n’y peut rien ».

Le travail a donc d’abord consisté à mieux comprendre les impacts du changement climatique, au-delà du cliché de « l’ours polaire en détresse sur son petit morceau de banquise ». On parle en effet souvent de cet exemple pour illustrer le réchauffement climatique, en oubliant qu’il ne s’agit pas seulement d’un réchauffement de la température, mais bien d’un changement majeur, global, systémique et qui se perçoit bien au-delà de la fonte de la banquise. Les élèves ont pu ainsi prendre conscience que ces conséquences étaient déjà visibles aussi bien à l’autre bout du monde que dans nos régions : multiplication des catastrophes naturelles, prolifération d’insectes ravageurs, hausse des températures, baisse des précipitations, acidification des océans, etc…

 

Liberté, égalité, éco-anxiété

 

Lors des séances suivantes, nous avons décortiqué avec les élèves, toutes nos actions qui pèsent dans la balance du changement climatique. Alimentation, transport, logement, pratiques numériques, autant de sujets à aborder qui peuvent parfois être sensibles pour certain·e·s.

Derrière un masque de désintérêt, les élèves laissent parfois entrevoir un peu d’éco-anxiété, conscient·e·s que leur avenir sera plus compliqué, voire pour certain·e·s un aveu de fatalité : « Là, c’est trop tard, on peut plus rien faire ». D’autres surenchérissent, en se disant que puisque c’est foutu, autant faire tout ce qu’on veut, et ne pas réfléchir à l’impact. La liberté, portée comme étendard par certain·e·s ne doit surtout pas être entravée par des restrictions vaines. D’autres encore, accusent les générations précédentes : « vous avez tout cassé et nous on doit réparer ! »

Malgré tout, certain·e·s élèves évoquent la peur de grandir dans ce monde, et plus encore, la peur pour leurs enfants. Leur mécontentement, ne semble parfois être qu’une barrière face à l’immense bouleversement qui se dresse devant eux et dont ils sont loin d’être pleinement responsables.

Alors, comment intéresser ces jeunes à ce sujet ? Comment leur permettre d’être acteur·rice,s du changement plutôt que spectateur·rice·s des dérèglements à venir ? Comment leur donner l’envie de consommer de manière plus juste, de vivre mieux avec moins, de penser à être plutôt qu’avoir ? Comment leur montrer qu’ils et elles ont un rôle à jouer, eux qui pointent du doigt les générations précédentes pour leurs inactions ? Autant de questions qui résonnent comme des défis à relever pour les animateur·trice·s que nous sommes.

 

La force des petits pas

 

Les séances suivantes, nous avons donc parlé des alternatives qui fonctionnent, et surtout des choses qu’ils font parfois déjà sans s’en rendre compte. Pour ces jeunes de milieu rural, acheter au producteur ou même cultiver son potager fait partie de leur mode de vie familial ; pour ces accros de la mode, Vinted est devenu une valeur sûre ; et parce qu’ils sont nés avec, le tri est presque une évidence pour tous.

En questionnant les petits gestes qu’on fait déjà, et ceux qui semblent faciles à adopter, les élèves montrent un regard différent. Eux qui prônent la liberté individuelle avant le bien commun sont pourtant prêts à réduire leur consommation d’écran, à baisser le chauffage et à prendre moins l’avion. Ces éco-gestes, aussi insignifiants qu’ils puissent paraître, montrent finalement que les élèves ont conscience du problème, et savent qu’ils peuvent et doivent aussi agir à leur niveau.

Comme cela ne semble pas suffisant, ils proposent aussi de révolutionner l’état, pointant les inactions de celui-ci, preuve en est qu’ils ont saisi l’importance d’un mouvement collectif pour redresser la barre.

Pour clôturer ce projet, les élèves ont choisi de réaliser des questionnaires et des micros-trottoirs pour sensibiliser et questionner les adultes et les élèves de l’établissement au sujet. Ils sont parfois revenus étonnés de voir que tant de jeunes et adultes se sentaient concerné·e·s, et pouvaient également ressentir de l’éco-anxiété.

Finalement, c’est sans doute dans ces classes où nos objectifs de sensibilisation semblent difficiles à atteindre, que notre place est la plus utile ; là où l’engagement semble le plus dur à impulser, mais où chaque petit pas d’élève est un immense progrès, là où nos paroles ne trouvent pas toujours d’oreilles attentives, qu’il est utile d’aller porter notre voix.

Découvrez nos dernières actualités :